Projet professionnel 1/3

Je sais la chance que j’ai de faire ces études. Elles vont me donner accès à un certain nombre de privilège que d’autres n’ont pas : un bon salaire, qui deviendra sûrement très bon avec les années si je me débrouille bien, des congés payés, le tout dans un secteur dont on aura toujours besoin.

Mais si c’est pour vivre cette vie facile comme j’ai vécu mes études, me rendre compte de ma chance sans parvenir à m’en réjouir, la culpabilité qui remet une couche de déprime par dessus, regretter de ne pas avoir au moins essayé de faire ce qui me plaisait, alors je ne suis pas sure de vouloir de tout ça – aussi ingrat que ça puisse sembler.

Advertisements