J’suis quitte

Après 4 semaines bien trop courtes dans la campagne manchoise, me voila de retour derrière mon écran.

Ici, tout est propret, on tond la pelouse et on lave la voiture le dimanche. Les fleurs sentent bons, on regarde le pigeon perché dans l’arbre en espérant qu’il y fera son nid.

Tout ça pue la mollesse et le vide.

Là-bas, je me suis surprise à rêver à plus tard, à après mes études quand je serais bien lancée dans la vie active. Et putain, je ne me souviens même plus depuis combien de temps ça ne m’était pas arrivé. Là-bas on peut bouger, faire quelque chose de sa vie ne dépend finalement que de soi.

Ici je suis paralysée. On a tôt fait de s’amollir physiquement à passer ses journées assis sur une chaise, et mentalement à coup de surcharge d’informations accaparant le cerveau et détournant l’esprit de l’essentiel.

Je ne suis revenue qu’hier, mais je sens déjà revenir le stress, la fatigue, le sentiment d’urgence qui se transforme en panique, l’incapacité à réagir.

Mêmes causes, mêmes conséquences : je me planque derrière mon ordi, mes films et mes lectures. Tout ce dont je n’ai pas eu besoin pendant mon stage.

Advertisements