L’article emo

C’est dans le titre, vous êtes prévenus.

Pas trop le moral donc. J’ai envie de dire des trucs niais en anglais, de sécher les cours, de câliner Lapinou et de manger de la brioche tartinée à la confiture de cerise.
Je tiens à préserver le peu d’entourage que j’ai donc on va lui épargner l’anglais, j’ai déjà suffisamment de rattrapage pour le premier semestre, on va essayer de limiter la casse pour le second, Lapinou pisse partout et j’ai déjà pas assez de brioche pour tenir jusqu’à la fin de la semaine. Bouhou.

Je fatigue. “Hey Lyra ! Souris !”, qu’elle m’a dit. Bah non, je ne peux pas sourire tout le temps. Et ce n’est certainement pas elle qui a le droit d’exiger ce genre de chose de ma part (en plus elle me doit toujours des sous o: ). Je ne peux pas jouer ce rôle de miss Colgate, insouciante et un peu endormie, même quand je crois être seule.

J’ai peur de m'”éteindre”. J’ai encore un peu de cette impression d’urgence. Vite, bouge, change, fais quelque chose de ta vie.
“Le bonheur dans cinq semaines ? Trop tard.”
La résignation gagne du terrain.
“Stay hungry. Stay foolish.”
Ouais, peut-être. Un jour.

Advertisements