Yami

La Bête est arrivée mardi soir.

Ne craignant ni le froid ni la mort, elle escalade les murs, parcours des contrées jusque-là inexplorées, dévore de ses crocs acérés tout ce qui se met au travers de sa route et mène une lutte acharnée contre la terrible Trousse de Toilette.

Au mépris de ma propre vie, je suis parvenue à m’approcher suffisamment du Monstre pour l’appâter avec du sang frais et rapporter un témoignage de mes dires.

Voyez Yami, la Créature des Ténèbres :

Effrayant, n’est-ce pas ? Et encore, vous n’avez pas vu la taille de ses griffes !

Stereotypes

Heaven is the place where the lovers are Italian, the police are English, the mechanics are German, the cooks are French and the place is run by the Swiss.

Hell is where the lovers are Swiss, the cooks are English, the mechanics are French, the police are German and the place is run by the Italians.”

Bernd Debusmann

Quantique

– Lyra !

– Quoi ?

– tgélsa ?

Je ferme le robinet de douche.

– De quoi ??

– T’es là?


Je suppose que la réponse s’impose d’elle-même. Je rouvre le robinet.

– T’ES LAAA ?

Wtf ?
La seule conclusion que je peux tirer sans remettre en question la logique parentale, c’est que ma mère me prend pour un petit génie de la physique quantique qui peut prendre sa douche et lui répondre tout en étant absent. Autant mettre fin au malentendu tout de suite.

– Oui Maman, si je te réponds, c’est que je suis là!

“T’es contente ?”

Oui. Non. C’est quoi cette question ? Pour le Japon, bien sûr mais comme ça, dans la vie de tous les jours, non.

Le Japon, c’est loin, pas avant août. En attendant, tout ça me donne envie d’exploser.

Je pense que le bonheur n’arrive pas tout seul. Que quand quelque chose ne va pas dans sa vie, il ne tient qu’à soi de changer les choses, parce que personne ne le fera pour nous.

Je ne suis pas heureuse maintenant.

Dans cinq semaines, la situation sera la même. La même école, les mêmes gens, le même quotidien inintéressant. Et je sais que rien ne changera tant que je n’aurai rien fait.

C’est bien là le problème. Parce que je n’ose pas, parce que je ne sais pas, parce que j’ai l’esprit trop pragmatique pour laisser tomber quelque chose sans réfléchir aux conséquences.

Je peux rester et subir, des petits moments heureux s’immisceront bien quelque part.

Ou je peux partir. Disgrâce familiale. Plus de Japon. Il faudra que je travaille, mais surtout que je me dépêche de trouver des études un peu plus intéressantes. Stress, pression.
Et si je n’en trouve pas. Et si je me trompe. Mince, j’aurai dû rester.
Et si j’en trouve. Et si ça me passionne. Ouf, j’ai fait le bon choix.

Désolé mademoiselle, le modèle 2.2 est réservé aux clients possédant un niveau Chance supérieur à 80.

Je suis faiiiiible

… j’ai craqué, acheté tous les mangas que j’avais en retard depuis novembre ainsi que les trois tomes de la dernière série de Robin Hobb. En pleine période de partiels. Alors que trois saisons de Battlestar Galactica attendent déjà d’être regardés sur le disque dur. Aujourd’hui, Lyra vous apprend le suicide scolairo-financier comme solution au stress.

Au passage, j’ai également acheté mon premier CD de musique occidentale depuis le collège. C’est le dernier Muse qui a donc eu l’honneur de succéder à American Idiot de Green Day.
Oui, je sais.
Très original.
D’ailleurs, ça me fait tout bizarre d’acheter un CD dont je peux parler sans qu’on me regarde avec méfiance/surprise/peur/pitié.
Je ne connais pas bien Muse, mais cet album me semble assez différent des musiques que j’avais déjà d’eux. J’ai la même faiblesse pour le chanteur de Muse que pour  Tatsurou, cette voix un peu particulière et pleine d’émotion qu’ils ont tous les deux. C’est un peu moins vrai sur cet album,  le chant est plus maîtrisé, de même que les compos qui sont moins brouillonnes (après j’y connais rien hein, c’est juste mon impression). Et puis les paroles me gonflent un peu sur certaines pistes : le militantisme, “nous ceci, nous cela”, j’appelle ça du bourrage de crâne. Mon côté fleur bleue préfère quand Muse parle d’amour. J’assume.
Globalement, je ne suis quand même pas trop déçue de mon achat.

En parlant de CD, j’ai ENFIN reçu mon exemplaire de Canticum, de forbidden days rhapsody ! Joie et bonheur ! La chronique attendra, mais je peux d’ores et déjà dire une chose: un livret avec des paroles, c’est bien, un livret avec des paroles lisibles, c’est mieux. Sérieux, on voit encore moins bien que sur celui d’Uroboros de DEG. C’est dire.

Birdie’s dying

Mon p’tit piailleur ne peux plus voler, il est tout tordu, il va mourir.

Je sais que mes parents attendent la crise de larme. Ils me parlent comme quand j’avais dix ans. “Tu sais, je crois qu’il arrive à la fin de sa vie.”

Donc moi je dois leur montrer que j’ai grandi. “Bah, c’est normal, il a plus de onze ans. Dis donc, même à son âge il est vachement souple haha!”

Deadman

La première fois que j’ai écouté Deadman, je me suis ennuyée. Groupe culte peut-être, en attendant moi je trouvais ça long, toutes les chansons se ressemblaient. J’ai insisté, j’ai écouté encore et encore mais non, vraiment, très peu pour moi.

J’ai oublié, je suis passée à autre chose.

Puis je suis retombée dessus par hasard. Non, décidément, ça n’avait rien d’exceptionnel.

Et un jour, j’ai eu envie de réécouter la voix particulière du chanteur et cette ambiance dans laquelle je n’arrivais pas à me mettre. C’est là que je me suis demandée comment il était possible de ne pas aimer.

Blog d’une MUCCivore 3.0

Big MUCCNouveau blog donc. Les gens intelligents remarqueront que c’est maintenant muccivoreS.blabla alors qu’avant c’était muccivorE.blabla. Et comme je ne fais pas partie de la catégorie “gens intelligents”, moi je n’avais pas remarqué.

Bref

No panic, il sera exactement comme le précédent : je raconterais ma vie, mettrais des vidéos, des images, des extraits de trucs lus ici où là, bref toutes les choses inutiles qui font qu’un blog est ce qu’il est, c’est-à-dire bien souvent une grosse perte de temps.

Mais bon, si vous êtes là c’est que vous aimez perdre votre temps, hein, donc finalement ce que je fais n’est pas si inutile que ça (Lyra essaye de se convaincre que non, ce n’est pas la loose totale de tenir un blog).

Etat d’esprit du moment: je dirais bien “GET THE FIRE!” mais la température qui règne actuellement dans mon appart contredirait sérieusement ce genre d’affirmation.
[Voila qui rendrait ma prof de chinois heureuse… Péter le feu en ayant froid, quel magnifique exemple d’équilibre entre le Yin et le Yang. Mais je m’égare.]